Accueil Événements francophones en Russie

Événements francophones en Russie

Juil
3
ven
CONCERT DU GROUPE « BADEN BADEN » @ Moscou, Club Powerhouse
Juil 3 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min

Concert du groupe Baden Baden le 3 juillet à 20h00 au club Powerhaouse (7/4, rue Goncharnaïa)

Transformer l’essai. En rugby comme en musique, c’est souvent le plus difficile. Combien d’artistes révélés par leur formidable coup d’essai n’ont-ils honoré leurs promesses, tenu la distance ? Deux ans après Coline (2012), premier effort salué par la critique, conjuguant idéalement une mélomanie anglo-saxonne avec une écriture bilingue déjà personnelle, Baden Baden a décidé de “plonger dans le bruit”, pour reprendre le titre d’ouverture du second album. Ce titre n’est d’ailleurs pas innocent puisqu’il annonce un disque entièrement écrit en français. Fini, donc, le savant bilinguisme qui fit aussi la réputation du groupe, découvert par l’immense chanson Anyone en 2010 et capable de fulgurances pop comme Évidemment.

Pour passer ce cap dans sa discographie, le trio fondateur de Baden Baden a décidé de lâcher prise. Comme l’explique son chanteur et parolier Éric Javelle, “l’écriture dans ma langue maternelle s’est faite naturellement”, au fur et à mesure que les compositions voyaient le jour, entre Paris et Gatteville-le-Phare (Manche) où l’intéressé a éprouvé le besoin de larguer les amarres, loin des tumultes de la vie citadine, pour écrire – face à la mer – la deuxième moitié de Mille éclairs. Il est d’ailleurs beaucoup question d’écumes, de vagues de nuit et de vents contraires dans les paroles. “Je connais les couleurs qui se marient à toi”, comme une évidence exposée dans le single J’ai plongé dans le bruit. Le groupe parisien appartient à cette génération spontanée qui participe à l’effervescence pop hexagonale depuis le début de la décennie.

Déjà, sur son premier LP, Baden Baden mariait la langue d’Alain Souchon (dont il reprit La Vie ne vaut rien) avec les sonorités rêveuses de Grandaddy période The Sophtware Slump (2001). Cette fois, en décidant de confier le mixage à l’Anglais Barny Barnicott, au curriculum vitæ imposant (Arctic Monkeys, Bombay Bicycle Club, Cloud Control), le triumvirat a paradoxalement déplacé le curseur outre-Manche pour un album écrit dans sa langue maternelle. Autant pour se frotter à une pointure anglo-saxonne que pour s’ouvrir à de nouvelles perspectives. “En écoutant les propositions de mixes de Barny, nous étions surpris par certains de ses partis pris. Sa manière de multiplier les chœurs sur quelques titres nous a immédiatement séduits”, dit le guitariste Julien Lardé. Effectivement, un morceau comme À tes côtés semble réverbérer de partout, servi par un texte idoine : “Mes envies me devancent”.

Plus cohérent et plus affranchi, Mille éclairs renferme onze plages qui prolongent certaines thématiques propres à l’univers de Baden Baden : la passion amoureuse (L’Échappée), le regard de l’autre (Hivers), la fuite en avant (J’ai plongé dans le bruit), les mots bleus (Dis leur), la tristesse contemporaine (M.a.c.)… Quelques formules font mouche dès la première écoute : “Je regarde le monde/Mais le monde ne me voit pas”, “D’origine insulaire/J’ai connu l’éphémère” ou encore “En sursis, moi je suis un hiver quotidien”. Les musiciens ont aussi exploré deux passages instrumentaux (Finalmente au mitan, Criminel en conclusion), qui rappellent les bandes-son contemplatives et désertiques de Mogwai.

Au final, le coup de foudre est immédiat sur Mille éclairs, plongeant l’auditeur dans un disque à la fois plus homogène et plus compact, au charme insidieux, à l’addiction vénéneuse. Dépassant toutes les attentes suscitées par Coline, Baden Baden transforme donc magnifiquement l’essai et s’offre ainsi des lendemains qui chantent. À (re)découvrir absolument.

Prix:  400 roubles au Dewar’s Powerhouse (7/4, rue Goncharnaïa) , 500 roubles – le jour du concert

Information complémentaire:
https://www.facebook.com/events/1447897448844853/
https://vk.com/badendph

Sep
8
mar
FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE « LA RENAISSANCE » @ Московская государственная консерватория имени П. И. Чайковского
Sep 8 @ 19 h 00 min – Sep 15 @ 22 h 00 min

La Renaissance: 5ème Festival international de Musique Renaissance

Sep
20
dim
ROUGE @ Théâtre pour la jeunesse de Russie (RAMT)
Sep 20 @ 19 h 00 min – Sep 21 @ 20 h 00 min

ROUGE

Chorégraphie de Mickael Le Mer,Compagnie S’Poart.
Le Festival international dedanse contemporaine DanceInversion.

Théâtre pour la jeunesse de Russie (RAMT)

Oct
9
ven
QU’EST-CE QUE LE TEMPS ? LE LIVRE XI DES CONFESSIONS DE SAINT AUGUSTIN @ Centre théâtral « Na Strastnom »
Oct 9 @ 19 h 00 min – 20 h 00 min

Artépo (Paris, France)
Avec Stanislas Roquette
Mise en scène Denis Guénoun
Durée 60 minutes
en Français avec surtitres russes

« Mis en scène avec finesse par Denis Guénoun, le jeune Stanislas Roquette a fait du livre XI des Confessions de saint Augustin, traduit par Frédéric Boyer, un éblouissant moment de jubilation spirituelle et théâtrale ! (…/…) L’interprétation de ce jeune artiste, d’une intelligence et d’une sensibilité profondes, donne à ce moment grave une légèreté grisante. (…/…) Il porte ce moment hors du temps. Il dit, il danse le texte, il apporte son éclairage personnel à la pensée de saint Augustin, simplement en s’en faisant le poète porte-feu. Rare. »

Armelle Héliot, « Feux d’été » et « Retour de saint Augustin… », Le Figaro, 01/07/2010 et 03/01/2014

« Denis Guénoun reprend à Chaillot son adaptation de saint Augustin, mêlant absurde et mysticisme. (…/…) J’ai trouvé ce spectacle formidable, et très élégant : un moment d’acteur qui donne infiniment à entendre et à réfléchir, et de façon très simple. La façon qu’il a d’aborder le texte de saint Augustin est tout à fait exemplaire. (…/…) C’est l’exercice du doute que l’acteur fait remarquablement entendre. (…/…) Stanislas Roquette ne va pas jusqu’à trépigner, mais il a en lui l’obstination de l’enfant qu’aucune réponse ne satisfait et qui, sans cesse, revient à la question. Et pour peu que l’on adhère alors, on ne le lâche plus. (…/…) Ou comment passer des « Psaumes » à un sketch de Raymond Devos, tout en suivant à la lettre le texte de saint Augustin. C’est d’autant plus réussi que rien ne s’installe. Et que la musique vient relayer les mots. »

René Solis, « Donner le bon Dieu avec « Confessions » », Libération, 09/01/2014, et « La Dispute », France Culture, 06/01/2014

« Retour à Chaillot de ce duo de choc, qui avait ravi les spectateurs d’Artaud-Barrault, pour une variation sur le thème du temps. (…/…) Avec Stanislas Roquette, comédien génial, au plus haut de sa forme. »

Hugues Le Tanneur (Les Inrocks), Plaquette de saison du Théâtre National de Chaillot, 2013-3014

18+

Nov
17
mar
ANGELIN PRELJOCAJ AU FESTIVAL DIAGILEV P.S. @ Théâtre Alexandrinski
Nov 17 @ 19 h 00 min – 20 h 00 min

Angelin Preljocaj est un des représentants de la pléiade de brillants choréographes français apparus dans les années 80. 

Le 16 novembre, vous aurez l’unique occasion de voir le documentaire d’Olivier Assayas sur le travail du célèbre choréographe. Anjelin Preljocaj présentera le film lui-même et animera une discussion avec les spectateurs après la projection. A la Nouvelle scéne du Théâtre Alexandrinski ; entrée gratuite.

Le 17 novembre sur la scène du Théâtre Alexandrinsky le festival Diagilev P.S. organise une soirée-gala à l’honneur d’Angelin Preljocaj et 30ème anniversaire de sa fameuse troupe. Les artistes de la troupe d’Angelin Preljocaj et du ballet de l’Opéra de Paris interpréteront les oeuvres émblématiques du choréographe français légendaire. 

Né en France en 1957, de parents albanais, Angelin Preljocaj débute des études de danse classique avant de se tourner vers la danse contemporaine auprès de Karin Waehner.  En 1980 il part pour New York afin de travailler avec Zena Rommett et Merce Cunningham, puis continue ses études en France auprès de la choréographe américaine Viola Farber et du français Quentin Rouillier. Il rejoint ensuite Dominique Bagouet jusqu’à la création de sa propre compagnie en 1984. Il a choréographié 48 pièces, du solo aux grandes formes.

Angelin Preljocaj s’associe régulièrement avec d’autres artistes parmi lesquels Enki Bilal (Roméo et Juliette, 1990), Goran Vejvoda (Paysage après la bataille, 1997), Air (Near Life Experience, 2003), Granular Synthesis (N, 2004), Fabrice Hyber (Les 4 saisons, 2005), Karlheinz Stockhausen (Eldorado – Sonntags Abschied, 2007), Jean Paul Gauthier (Blanche Neige, 2008), Constance Guisset (Le funambule, 2009, Les Nuits, 2013), Claude Lévêque (Siddharta, 2010), Laurent Garnier et Subodh Gupta (Suivront mille ans de calme, 2010), Laurent Mauvignier (Ce que j’appelle oubli, 2012), Azzedine Alaïa et Natacha Atlas (Les Nuits, 2013).

Ses créations sont reprises au répertoire de nombreuses compagnies, dont il reçoit également les commandes, c’est le cas notamment de La Scala de Milan, du New York City Ballet et du ballet de l’Opéra national de Paris.  Il a également collaboré à plusieurs réalisations cinématographiques mettant en scène ses choréographies.

Au cours de sa carrière, il a reçu plusieurs reconaissances parmi lesquelles le Grand Prix National de la Danse décerné par le Ministère de la culture en 1992, le Benois de la danse pour le Parc en 1995, le Bessie Award pour Annonciation en 1997, Les Victoires de la Musique  pour Roméo et Juliette en 1997, le Globe de Cristal pour Blanche Neige en 2009. Il est Officiers des Arts et des Lettres, Chevalier de la Légion d’Honneur et a été nommé Officier de l’ordre du Mérite en 2006. Il a reçu le Prix Sammuel H. Scripps de l’American Dance Festival pour l’ensemble de son oeuvre en 2014.

Aujourd’hui composé de 24 danseurs permanents, le Ballet Preljocaj est installé depuis octobre 2006 au Pavillon Noir à Aix-en-Provence, un lieu entièrement dédié à la danse dont Agelin Preljocaj est le directeur artistique.

Mar
21
lun
Les jeunes cinéastes russes, engagés pour le cinéma d’auteur
Mar 21 @ 14 h 00 min – 18 h 00 min

LaRusFrancophone-2016-03-12-à-01.49.30

Les jeunes cinéastes russes, engagés pour le cinéma d’auteur.
Les moyens alternatifs de diffusion: projections, rencontres et master-classe.

Dans le cadre de la 4ème semaine des Arts à l’Université Paris 8 Saint-Denis – Vincennes aura lieu une rencontre dédiée aux jeunes réalisateurs indépendants russes dont le cinéma n’est pas du tout présent sur le marché du cinéma actuel en France. Les projections présentent des films indépendants, abordant des thèmes universels, non politiques, intéressants du point de vue du langage cinématographique.

AU PROGRAMME :

à 14h00 Projections
à 15h00 Table ronde autour du jeune cinéma russe
à 16h00 Master-classe sur le crowdfunding au cinéma
à 17h00 Buffet de rencontre

POURQUOI?
1) pour voir des court métrages d’exclusivité;
2) pour participez à la table ronde sur le financement du cinéma indépendant dans le cinéma russe, avec la participation de: Sergueï Tutine (réalisateur, président du festival panrusse des court-métrages « Artkino »), Taya Zoubova (réalisatrice), Sergueï Losev (producteur) et Maria Antonova (productrice);
3) pour tout apprendre sur les secrets de crowdfunding au cinéma durant le master-classe mené par les auteurs dont le projet de crowdfunding était le plus réussi parmi les court-métrages russes : Taya Zoubova et Sergueï Losev !

Projections :

– Les jambes. Un atavisme, réal. M. Mestetski, 2011
– Le coucher de soleil, réal. A. Annenski, 2015 (Concours officiel du Festival International de Court mtérage de Clermont Ferrand 2016)
– Mon petit poisson, réal. Taya Zoubova, 2015

Entrée libre sous réserve des places disponibles. Réservez vos places par e-mail :contact@kixt.online
Pour plus d’information visitez : http://kixt.online/index.php/53-2016-03-06-17-29-31

Mar
22
mar
FESTIVAL DE CINÉMA DE LA FRANCOPHONIE @ Cinéma Illusion
Mar 22 @ 12 h 54 min – Mar 27 @ 13 h 54 min

22 mars 19h00
Belles familles de Jean-Paul Rappeneau, 2015, 113 min. (France)
En avant-première et en présence du réalisateur
Avec Mathieu Amalric, Nicole Garcia, Karin Viard, Gilles Lellouche
23 mars 19h30
Les deux amis de Louis Garrel, 2015, 102 min. (France)
Avec Golshifteh Farahani, Vincent Macaigne, Louis Garrel
24 mars 19h30
Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, 2014, 100 min. (France)
Avec Ibrahim Ahmed, Abel Jafri, Toulou Kiki
25 mars 19h30
Marguerite de Xavier Giannoli, 2015, 129 min. (Belgique)
En avant-première
Avec Catherine Frot, André Marcon, Michel Fau
26 mars
17h00 Filantropica de Nae Caranfil, 2002, 110 min. (Roumanie)
Avec Mircea Diaconu, Gheorghe Dinică, Mara Nicolescu
19h30 Prose du transsibérien de David Epiney, 2014, 11 min. (Suisse)
Bouboule de Bruno Deville, 2014, 84 min. (Suisse)
Avec David Thielemans, Swann Arlaud, Julie Ferrier
27 mars
17h00 Belles familles de Jean-Paul Rappeneau, 2015, 113 min. (France)
Avec Mathieu Amalric, Nicole Garcia, Karin Viard, Gilles Lellouche

19h30 Félix et Meira de Maxime Giroux, 2014, 105 min. (Canada)
Avec Martin Dubreuil, Hadas Yaron, Luzer Twersky , Anne-Élisabeth Bossé

Les films sont présentés en version originale avec des sous-titres russes

Cinéma Illusion
Kotelnitcheskaïa naberezhnaïa, 1/15
+7(495) 915-43-53
+7 (495) 915-43-39
www.illuzion-cinema.ru

 

Sep
10
sam
PIXEL @ Théâtre Hélicon-Opéra
Sep 10 @ 20 h 00 min – Sep 11 @ 22 h 00 min
Dans le cadre du Festival-Ecole international d’Art contemporain TERRITORIA. Spectacle de danse hip hop.
Direction artistique et  chorégraphie : Mourad Merzouki
Concept : Mourad Merzouki et Adrien M / Claire B
Centre chorecgraphique national de Créteil et de Val-de-Marne, Compagnie Käfig

Oct
12
mer
MACHINE ROUGE @ Centre théâtral « Na Strastnom »
Oct 12 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min

Denis Lavant / François R. Cambuzat / Gianna Greco (France)

Dans le cadre du festival « SOLO »

Un spectacle théâtral ? Atypique, sûrement. Ce que Denis Lavant et François R. Cambuzat ont recherché n’est pas le bon mot, la belle rime ni le contentement des belles âmes, mais cette sauvagerie magnifique, cette perte de soi en envolée, ce duende universel et gitan si proche du soufisme et si cher à Federico Garcia Lorca, sans lequel tout – la beauté, la technique, l’apparire – reste parfaitement inutile.
Denis Lavant se battra cette fois-ci contre le texte et contre le bon ton, le duende régissant l’essor. Les improvisations de Denis Lavant : toujours, ou à chaque fois que l’envie l’envole. Au gré de ses lectures, aventures, de ses humeurs, au gré de ses rancoeurs. Pour éviter toute mise en place, toute habitude, tout respect du texte – et ainsi tout mata-duende. Suivre ses illuminations.
La musique, elle, n’est pas improvisée, mais écrite et d’acier, aux structures fidèles et implacables comme des décennies sans pain. C’est la base, la trame sur la laquelle repose la sédition. François R. Cambuzat en a soudé les arrangements, Gianna Greco en a fraisé les sub-basses. Les compositions évoluent pour déranger les voix, pour déstabiliser ce qui a déjà été dit ou fait, pour créer d’autres envies – surtout d’autres impulsions. Ainsi un chant ouïghour remplacerait un piston, un nay volerait un calcinateur. Guitares et ordinateurs.
Sans cette transe, cette extase emportant toute retenue, la parole ne serait que le spectacle de notre hypocrisie, de notre conservatisme, sinon de notre mort végétée. Et cela, dans un monde qui se devrait merveilleusement révolutionnaire, serait d’une tristesse infinie sinon un crime sordide. Le théâtre sera l’arène d’une envolée fracassante, de pensées mises en mots par l’actuelle, la très-présente pré-révolution, ce formidable essai de bâtir une société. Ensemble, à ce qu’il paraît.
en français avec les surtitres russes
18+
Adresse :
Strastnoï boulevard, 8a
Moscou
Oct
21
ven
MUSICIENS FRANÇAIS – INVITÉS DU CONSERVATOIRE DE MOSCOU @ Le Conservatoire de Moscou (Petite salle)
Oct 21 @ 19 h 00 min – 20 h 00 min

MUSICIENS FRANÇAIS – INVITÉS DU CONSERVATOIRE DE MOSCOU

quatuor de violoncelles
François Salque
Hermine Henriot
Aurélienne Braunner
Miwa Rosso
Tous les arrangements sont par Jean-Michel Groud

Au programme :

Jacques Offenbach – Duo
Gabriel Fauré – Élégie
Fernand de La Tombelle – Suite pour trois violoncelles
– – – entracte – – –
Max d’Ollone – Andante et Scherzo pour 3 violoncelles
Giuseppe Verdi – Air de don Carlos (en quatuor)
Camille Saint-Saëns – Romance opus 36 (en quatuor)
Louis Vierne  – Soirs étrangers (en quatuor)
Simple Share Buttons